Compagnie de la Phalange Noire

Origine

La conspiration des Cinq Cabales causa l’une des périodes les plus noires pour l’empire et mis une fin brutale à la période dorée du septième siècle. Cinq groupes de démonistes, rebelles, criminels, cultistes et nécromanciens s’allièrent dans une attaque coordonnée qui décapita l’empire, son ministerium, son ecclésiarchie et même son dernier messie. Cette attaque initiale n’était le que le prélude a une campagne d’insurrection et de corruption qui visait la destruction de l’empire.  Le seul rescapé fût le Grand Commodor Victor de Talvas qui s’autoproclama Saint Empereur et héritât de la lourde tâche de reprendre le contrôle de la situation.

Ayant déployé les Compagnies contre leurs ennemis favoris, Victor Ier avait besoin d’une arme nouvelle pour mater les rébellions et restaurer l’ordre dans les contrées insurgées. Il sélectionna l’élite de la Militia et de la Sicaria pour créer une nouvelle Compagnie. Pour les distinguer des soldats impériaux et pour provoquer la peur chez les renégats, leurs armures et leurs uniformes seraient aussi noirs que la nuit.

La Compagnie de la Phalange Noire est la seule qui n’a pas été officiellement créée par un messie mais son importance capitale a un moment critique de l’Empire lui a permis d’acquérir sa légitimité. Le dernier fragment du Bâton de l’Unique fût utilisé pour leur bannière, comme pour les autres Compagnies.

Les guerres causées par l’avancement de la Désolation et l’affaiblissement de l’empire n’ont rien à envier à celle-ci en ce qui concerne le nombre de victimes et durant cette période, un nombre incalculable de cités et de villages ont été passés par l’épée de la Phalange Noire. A la dissolution de l’Empire, la Phalange était cantonnée à Elyse et protégeait l’ancienne capitale qui abritait le reste de l’ecclésiarchie.   

 

Tactiques et spécificités

Traditionnellement, les proies de la Phalange sont ceux qui menacent l’ordre et l’autorité. De ce fait radicalisme et fanatisme sont des parties importantes de l’entraînement de ses soldats, visant à endurcir leur mental et leur permettre de ne plus voir leurs victimes comme des êtres à part entière. Des membres spécifiques de la Phalanges étaient chargés de veiller à ce que la foi de ses membres ne vacille jamais.

Le fait qu’on imagine la Phalange Noire uniquement comme une troupe d’exaltés en lourdes armures noires est l’une des grandes victoires de la Phalange. En effet on oublie trop souvent que lorsque Victor Ier forma la Phalange il prit l’élite de la Militia mais aussi de la Sicaria.   

Ainsi la Phalange Noire de l’époque usait pleinement de l’apparent manque de subtilité de ses guerriers pour que ses ennemis ne remarquent que trop tard que ses espions, saboteurs et ses assassins les avaient rendus incapable de se défendre lorsque le marteau de la Phalange s’abattait sur eux.

Les rapports provenant des attaques récentes de la Phalange montre que la Phalange Noire a intégré un nouvel ordre d’ecclésiastes qui les accompagnent sur le champ de bataille. Ces sombres chapelains assurent les besoins spirituels de leurs frères et les assistent via de puissants pouvoirs magiques.

Clercs ou sorciers, ils sont sûrement à l’origine des capacités surnaturelles des soldats de la Phalange. En effet, Elyse contenait l’Archivarium Impérial dont celui du Royaume Unique n’est qu’une pâle imitation et les connaissances les plus dangereuses récoltées par les différentes Compagnies lors de leurs siècles de service s’y trouvait et certaines techniques rapportées de la Phalange noir rappellent celles de la Légion Infernale, du Croc Sanglant et de la Horde Macabre.

Disciplinée, lourdement armée, ayant espions et pouvoirs magiques à son service, il est difficile de discerner une faille dans l’armure ébène de la Phalange Noire.  

– Extrait de « Les Compagnies de l’Unique » par Crosir de Mereal, 1285