1283 CU – Mon espoir!

Je croyais que mon suicide serait la fin. Au départ de l’Unique plus rien n’avait de sens. Je ne croyais plus en rien. Je ne croyais plus en ces forces supérieures qui donnent aux mortels tant d’espoir, une raison de vivre.

Bien que je ne sois désormais plus mortelle, j’ai toujours besoin de croire. Et je sais que je peux croire en LUI. Yazzar! Mon maître! Mon dieu! Seigneur de la mort! Seigneur de la vie!

Cela fait maintenant deux ans que mes chairs ont cessé de pourrir. Deux ans qu’il est devenu mon mentor. Son pouvoir est immense! Incommensurable! Il est parvenu à se défaire des affaires spectrales et à créer son propre monde: l’île de Lûn. Une terre qui vogue désormais au milieu des brumes, isolée du monde.

Mais ce qu’il a fait aujourd’hui était tellement beau que je crois vivre dans un rêve. 

Les habitants de l’île croient toujours au retour de l’Unique. Ses émissaires sur Lûn sont quatre: un gardien de la terre, de l’eau, de l’air et du feu. Ces quatre éléments primordiaux qui formaient, en quelque sorte, l’Unique. 

Durant des mois, Yazzar m’a fait répéter les mêmes gestes, les mêmes paroles. Je commençais à me lasser lorsque j’ai compris. Nous allions changer la face de l’histoire: mon maître allait absorber l’âme d’un des gardiens. Nergal, le gardien du feu, gisait dans nos geôles. Privé de toute flamme, il était affaibli et vulnérable. Mais toujours si puissant.

Le rituel a été beaucoup plus long que prévu. Nergal semblait vivre une véritable guerre intérieure. La souffrance semblait consumer son visage. Et un sourire vint éclaircir le mien lorsque je vis la vie quitter son corps. Yazzar était sorti vainqueur de la lutte et Nergal était désormais emprisonné dans son corps, silencieux. 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *